Platys Gialos, 1980

Platys Gialos, 1980
Charlotte Mont-Reynaud, Platys Gialos, Mykonos 1978

lundi 30 novembre 2015

Servir nos humanités


Photographie d'Eric Morere (2015), par ici

TOC TOC

L'écriture 
est un trouble 
obsessionnel 
compulsif

Les mots
s'agglu-
tinent

et lu-
tinent
en file 
indienne
le cerveau

(Photographie de Pol Pierart)


dimanche 29 novembre 2015

Ce que fait la nuit

La nuit
dort sur
des rêves 
qui ne lui 
appartiennent
pas


[Fragment de ]

Photographie de Øystein Aspelund





samedi 28 novembre 2015

Puisque rien jamais ne dure

Je ferai
de la balançoire
sur ma fabrique
à rêves pour les 
voir tourner
plus grand




vendredi 27 novembre 2015

Relire - "Paris est une fête" d'Ernest Hemingway

"Tu m'appartiens, et tout Paris m'appartient..."
Guillaume Gallienne lit "Paris est une fête" d' Ernest Hemingway.

Chut(e)

Et un jour
ta parole
- chut(e) -
et puis
plus
   r
        i
   e
n

Demeurer demeurée

S'obstiner 
à chercher
des réponses 
qui n'existent
que dans les 
questions
que l'on 
ne 
se 
pose 
pas

jeudi 26 novembre 2015

mercredi 25 novembre 2015

#583 Oum - Lik (Acoustic Session)



Les pas perméables

Qui boira 
les peines
qui débordent
et glissent 
sous nos 
semelles 
en écrasant 
les kilos 
d'asphalte
les peurs 
dégoulinantes
les paradoxes
contrariés
les voix
écorchées
qui éructent
des caboches
Peut-être
l'imminence
de la nuit
décousue
qui se bâfre
de morsures
avant le 
prochain 
bain de 
lumière
crue
Peut-être
nos peaux
tièdes qui
s'aimantent
et rosissent
en tressant
la toile
du jour
à venir
avec
cette
petite
réserve
de cran
ce goutte 
à goutte 
fécond 
qui 
esquissera
l'aquarelle
de l'aube pâle 
à naître


(Photographie de Keith Dotson)








mardi 24 novembre 2015

D'inclinaison (presque) naïve

Lorsque tu 
me regardes
comme si 
j'étais la 
première
et dernière 
femme 
de ta vie
et que
je laisse
le tapage
du 
batte-
ment
de tes cils
effaroucher
mes peurs 
de bête
pour 
engourdir
un instant
tout ce qui 
me dévore
je me dis
quelle 
sotte
je suis
de boire 
au goulot
ces fadaises







Libido #7

Explore-moi 
les sillons
Grimpe sur 
mes accents 
circonflexes

lundi 23 novembre 2015

Trop souvent aveugle

                                                 Dans 
                                                                        
                                                             mes

                                                  solitudes 

                                        j'oublie

                                                        que 

                                                                nous 
                                                
                                                  sommes


                                    DEUX
                       
                                                   Solitudes

                                                                   boiteuses                  
                                                                                           
                                                    arrimées

                                                                           l'une
                                                                
                                                            l'autre


                                                      A

                                                             nous

                                                                  TROIS


                                                 on s'ins-
                                
                                                                pire

                                                                         de promesses

                                                             non dites


                                                     qui se
                           
                                                                respirent

                                                                             à pleines
                                                           
                                                                bouches



Détourne(ment) #2

J'ai du vague à la(r)mes

dimanche 22 novembre 2015

L'appel de la jungle

Et tu gueules
à l'écrit
                  ton cri 
                       qui 
                             ne 
                                                                                sort
          pas

Tu sais 
très bien 
pourtant que 
ça ne suffira
pas

Tu continues
quand même
avec ta rage
de bête
tes 
peurs 
d'enfant
qui ne te 
quittent pas

Elle est 
si dure
à décoller
cette 
peau-là

Tu voudrais
être grande
tout en 
jouant
encore
un peu à 
te prendre 
pour Tarzan

(Johnny Weissmuller)


samedi 21 novembre 2015

Dans la nudité des sourires

En crêpe 
dentelle
nos sourires
poussifs 
de soldats
se craquellent
sur la crête 
de fractures
crasses

Fugitifs
Rescapés

- En transit -

Entre 
l'étreinte 
et le
penchant
de 
la

f
      u
           i
      t
   e 




vendredi 20 novembre 2015

Lettre à la République, d'Hervé Dalmais (2007)

"Mon Amour, mon Orient, ma République. 
Ne vois là aucune hâblerie. Je n’ai pas mal par hasard. Je ne sais où mon pas vrillant me mène, mais je sais à mon corps défendant que souffre le grand corps de mon pays à l’unisson, France de rondeur et de cœur, France de belle mie et de rouge méditée, France des accolades, des bouches qui se cherchent, France de toutes les danses. Toute femme aimée ici m’a appris la France, m’a nommé en son sein, et nos baisers s’écrivent en français, langue de colère, de concision et d’amour, langue de l’exactitude et des sentiments. Louise Labé, Louise Michel, et vous toutes, femmes glorieuses dressées en votre invraisemblable beauté d’être contre la veulerie, alors oui, je vous convoque humblement, combattantes et bagarreuses du droit, amantes libres, c’est vous que j’embrasse quand je chante le Chant des Partisans, l’Internationale, ces airs de l’ancien temps. La résistance est une femme, la France est une femme, la République est une femme, l’insurrection est une femme. J’ai pour vous une passion d’affiche rouge. J’aurai toujours, pour les femmes et pour la France, les yeux de Manouchian."

- Extrait -

Allez viens

(Source de ces petites merveilles, par )



Se blottir
Se respirer
S'inspirer


Respire

Respire 
sur la paupière
de l'aube 

Ressens
le tremblement
de l'attente

Regarde
l'éternité
inaccessible

Étreins 
la lumière
du jour

Perçois
la frappe
de l'air

L'abondance
de ton propre
songe

Souffle
sur l'obscurité
sourde

Porte 
à tes bras
l'ouvrage 
du monde

Ecoute
les voix oubliées
de l'enfance

Les monstres
arpentent déjà
ton chemin



jeudi 19 novembre 2015

Par les villages - Peter Handke

"Joue le jeu. Menace le travail encore plus. Ne sois pas le personnage principal. Cherche la confrontation, mais n'aie pas d'intention. Evite les arrières pensées. Ne tais rien. Sois doux et fort. Sois malin, interviens et méprise la victoire. N'observe pas, n'examine pas, mais reste prêt pour les signes vigilants. Sois ébranlable. Montre tes yeux, entraîne les autres dans ce qui est profond, prends soin de l'espace et considère chacun dans son image. Ne décide qu'enthousiasmé. Echoue avec tranquillité. Surtout aie du temps et fais des détours. Laisse-toi distraire. Mets-toi pour ainsi dire en congé. Ne néglige la voix d'aucun arbre, d'aucune eau. Entre où tu as envie et accorde toi le soleil. Oublie ta famille, donne des forces aux inconnus, penche-toi sur les détails, pars où il n'y a personne, fous-toi du drame du destin, dédaigne le malheur, apaise le conflit de ton rire. Mets toi dans tes couleurs, sois dans ton droit et que le bruit des feuilles devienne doux. Passe par les villages, je te suis."

Les rebelles - Mansfield TYA


Mansfield.TYA - Les Rebelles (cover Béru noirs)

M a n s f i e l d .T Y A


Julia Lanoë et Carla Pallone, les deux Nantaises du groupe Mansfield. TYA

Dans ce qui nous dépasse

Ecrire en pointillé
- peut-être -

La 

f
  i
      s
          s
                u
                    r
                e

Marcher sur le rivage
Les nuées inconnues

M
     o
        u
v
    a
       n
c
e

Fragiles


Réinventer
entre les lettres

Le calice protecteur

de
       
    l'
e
s
     p
          o
     i
r

    d
         é
    c
          h
     u


(Photographie de Plamen Stefanov)



mercredi 18 novembre 2015

5 jours après

Je me demande 
ce que je pourrai
bien écrire 
après 
ça

Il
n'y a
pas de mots
je n'en aurais
pas plus

Alors

je
me loverai
dans les heures
où se consument
nos murmures



Somptueuse photographie de Claire & Edouard par l'artiste Madeleine Froment trouvée 

Il parait que....

"On peut tout te prendre,
- tes biens
- tes plus belles années
- l'ensemble de tes joies
- et l'ensemble de tes mérites jusqu'à ta dernière chemise.

Il te restera toujours tes rêves pour réinventer un monde que l'on t'a confisqué."

Yasmina Khadra

mardi 17 novembre 2015

Encore et pour longtemps

Encore
et pour 
longtemps
à tes côtés 
dans la rage
de vivre
d'aimer
fort
la 
vie 
même 
penchée
de travers
écorchée
on fera
naître 
les
couleurs
dissimulées
là sous nos 
nos pieds



Dans l'adversité...





[Et quand j'en aurai marre de voir le mal partout

je te sauterai au cou jusqu'à m'exploser le cœur]

Cartes postales poétiques, par ici

lundi 16 novembre 2015

Paris, 1983

"Je marche
de jour comme de nuit
dans Paris
depuis si longtemps déjà
que je me demande
qui habite l'autre
toujours ému de savoir
qu'un poète nommé Villon
l'a fait avant moi
qu'un libérateur comme Bolivar
y a séjourné en dandy
que mon jeune voisin Jean de la rue Masson
a fêté son vingtième anniversaire jusqu'à l'aube
dans un bistro situé en face
d'une petite place faiblement éclairée.
J'aime savoir qu'il existe une ville
où les femmes aiment marcher de nuit
sans s'inquiéter des ombres et aussi parce qu'on y
trouve une station de métro avant la fatigue.
J'aime flâner dans une ville où les quartiers contrastés
fleurissent au bout de nos rêves.
J'aime m'arrêter à la terrasse des cafés pour
observer le ballet des serveurs.
J'aime écouter dans le métro les conversations
des jeunes filles qui racontent la soirée d'avant.
J'aime voir les jambes nues tout le long de l'été.
Cet art de vivre qu'aucune autre ville ne connaît
mieux que Paris.
Et que personne n'a mieux chanté que Villon et Aragon
ou cette jeune fille croisée boulevard Richard-Lenoir
qui s'est exclamée : « Je me suis cassé le talon mais je m'en
fous si c'est à Paris. »
Me voilà dans cette baignoire à lire, cette fois,
Paris est une fête d'Hemingway
tout en me disant qu'elle le sera toujours quoi qu'il arrive."
Dany Laferrière
Souvenir de Dany Laferrière (Montréal, 16 novembre 2015)



Frissons.... Merci Monsieur Chaplin

"Il faut nous battre pour libérer le monde,
pour renverser les frontières et les barrières raciales,
pour en finir avec l'avidité, avec la haine et l'intolérance.

Luttons pour un monde de raison où la science
et le progrès mèneront au bonheur de tous"

Le dictateur, Discours de fin (Charlie Chaplin) VOSTFR


Dans ma réserve de beauté #2

"On tourne en rond. Il faudrait vider les greniers avec de grands balais qui remuent la poussière. Il faudrait rouler avec les vitres ouvertes dans le champ de luzerne. Cueillir les asperges sauvages. Planter son nez là où ça sent. Boire du vin au bord de la rivière. Prendre ce qui passe. Il faudrait se salir. Tous ensemble. Sans projet. Comme avant. "

Bleu de travail, Thomas Vinau (Ed. La Fosse aux Ours)